Toiletter son chien : est-ce vraiment nécessaire ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Toilettage et autres manipulations

 

  

On entend souvent dire que toiletter son chien est indispensable : mais à quoi cela

consiste-t-il ?

 

L’épouiller, le laver à grande eau, le brosser, effectuer une hygiène corporelle, sanitaire ou façonner son pelage pour un dessein esthétique. L’observateur notera que le chien n’en éprouve jamais le besoin de son propre chef ; il lui arrive pourtant fréquemment de se rouler, se frotter, se lécher, s’épouiller, se gratter, s’ébrouer. La chienne lèche régulièrement ses chiots essentiellement le bas ventre pour susciter le réflexe périnéal.

 

Des critères humains amènent à prendre soin de son animal familier, mais pas seulement. En sélectionnant certaines morphologies raciales, l’homme accentua la dépendance d’individus incapables de survivre sans manipulation : des poils qui poussent sans cesse, des yeux exorbitants, des oreilles excessivement longues. La coupe des poils devient ici une nécessité biologique : le manteau dense et trop long empêche la peau et les tissus tégumentaires de respirer.

Quant aux yeux excessivement mis au devant de particules étrangères, s’irriguent et souillent la face parfois jusqu’au museau.

Les oreilles trop longues étaient auparavant réduites, facilitant l’écoulement des conduits auditifs.

 

 

Un besoin d’esthétique

 

Correspondre à une apparence stipulée réglementairement tel que le mentionne les standards de race tend plus vers un besoin esthétique : sentiment du beau, naissance d’une émotion chez le contemplateur. Un moyen d’élever l’âme et d’atteindre la vertu selon Confucius.

Exercer cette importante recherche de l’esthétique amène parfois chez certaines personnes à des excès de manipulations qu’un chien non ou mal initié vivra comme une contrainte. Exigence de se maintenir calme et immobile facilitant le brossage, coopérant activement pour le bain, ignorant les sollicitations alentours qu’elles soient d’ordre olfactif (odeur de produits d’hygiène parfois surprenante, pour un chien), social (rencontre avec un congénère libre de ses mouvements), émotionnel (réaction de peur par exemple face à un bruit soudain) ou communicatif (la main posée sur la tête du chien a une signification pour lui différente que celle que l’on se fait de la caresse).

 

 

Un équilibre à définir individuellement

 

Prendre soin de son chien et répondre de manière appropriée à ses besoins éthologiques apparaissent ainsi comme un consensus à définir entre la nécessité de maintenir une bonne hygiène corporelle notamment des yeux, des oreilles et de la peau et la recherche esthétique qui mettra en valeur l’animal. Excessive, elle se traduira par des contraintes diverses vécues par le chien comme une violence invisible puisque non repérée par le propriétaire.

De surcroit, peu ou pas familiarisé à toutes ces manipulations pendant ses conditions d’élevage, le chien vivra cesmoments avec difficulté.

 

En revanche, initié tôt à de fréquentes, douces et légères manipulations en présence de la mère ou de la fratrie, le chiot aura un à priori de confiance puisque cette situation de vie sera connue.

 

 

Et si le chien apparaît à l’inverse sensibilisé à ces séances de toilettage : comment s’y prendre ?

 

Pour modifier la représentation que ce chien se fait de ces moments vécus émotionnellement avec parfois grande difficulté, il est avant tout nécessaire de prendre en compte sa communication. Les demandes d’apaisement seront plus ou moins criantes (clignements des paupières, bâillements, détours de la tête ou du regard…) signes précurseurs de tension et de malaise.

Les grognements doivent être respectés comme un signal fort destiné à faire cesser la situation qui inconforte : ignorer cette menace, c’est faire en sorte de provoquer la morsure.

Il est ainsi judicieux de préparer le chien en procédant par habituation pour diminuer progressivement et durablement la réponse émotionnelle qui ici est l’inconfort, l’irritation ou la réminiscence de situations antérieures vécues péniblement. De courte période en approchant à peine la brosse dans un 1er temps, associé à une légère gourmandise, dans un climat calme et dénué de toute sollicitation extérieure (congénère, bruit). Selon les capacités individuelles d’adaptation du chien, il sera nécessaire de renouveler cette petite séance autant de fois que le chien paraîtra marqué par cet événement.

 

 

Chez le toiletteur

 

Pour un(e) professionnel(le), il est parfois compliqué de renoncer à toiletter correctement un chien difficile. Pourtant, s’obstiner à terminer sans tenir compte de la communication du chien c’est le sensibiliser et… provoquer plus tard chez certains chiens l’apparition de conduites agressives (défensives).

Il est peut-être intéressant d’apprendre au chien à « aimer » porter une muselière, un lien ou une collerette avant toute manipulation. L’association gratifiante en situation de calme de cet ustensile qui pour le moment semble inutile, rassurera le toiletteur et permettra de continuer les soins sans effectuer de contraintes supplémentaires.

 

 

 

 

Sébastien OLAÏZOLA-GUIRRIEC

Comportementaliste

    06 50 29 72 75

 

comportementaliste-chien@dog-lg.com

       www.dog-lg.com

 

http://dog-lg.agence-presse.net/

 

 

 

Sébastien OLAÏZOLA-GUIRRIEC : Comportementaliste, spécialiste de la relation homme/chien.

       Educateur canin diplômé d’Etat.

 

Intervient sur rendez-vous au domicile des propriétaires de chiens démunis devant les comportements gênants de leur animal (destructions, agressivité, morsures, peur, fugue, malpropreté, aboiements intempestifs, stress, anxiété, hyper activité).

Aide pour l’arrivée d’un bébé. Sensibilisation sur la prévention des morsures. Conseils dans le choix d’un chiot ou d’un chien adulte (ajustement des profils tempéramentaux). Conseils dans l’optimisation des aménagements recevant des chiens (animalerie, élevage, pension, salon de toilettage). Aide pour les difficultés de cohabitation avec une autre espèce animale (chat, cheval, poule). Conseils pour les professionnels au contact des chiens (administration, police municipale, La Poste, EDF, commerciaux).

 

Département Lot-et-Garonne 47 et départements voisins en Aquitaine et Midi-Pyrénées (24, 32, 33, 40, 46, 82).

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Une réponse à “Toiletter son chien : est-ce vraiment nécessaire ?”

  1. Bravo Sébastien! que voilà du bon travail… Je vous souhaite un bon développement de votre activité et le courage qui va avec pour communiquer sur vos compétences.
    Bien à vous,
    Danièle

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>