Les signaux d’apaisement : un langage méconnu

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

 

Une nouvelle méthode de management !

 

Communiquer, dialoguer, partager son émotion, faire part de son bien-être ou du malaise ressenti : telle est la nécessité pour un groupe d’individus désirant cohabiter durablement ensemble.

Des ajustements d’attitudes et de comportements interindividuels permettront une cohésion du groupe, une synergie des énergies vers un but commun.

Les risques de conflit, générateur de stress, chronophage et déstabilisateur s’en trouve largement diminué dès lors qu’une communication claire s’établit entre tous les acteurs.

 

Un langage, un code admit par chacun permettra d’ajuster des comportements en réponse à l’interaction de l’autre ; ainsi plus la palette des signaux s’étend, plus la communication est fine, juste, précise.

 

Il ne s’agit pas ici de décrire des mécanismes propres à un groupe d’individus réunis dans un but commun : l’entreprise, la communauté, la famille, la nationalité. Mais du langage que des chiens utilisent entre eux pour communiquer et pour s’adresser à des humains.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un langage postural

 

Ces signaux mal connus, souvent interprétés à contre sens pour cause d’anthropomorphisme, sont maintenant décris avec précision par quelques éthologues et professionnels de l’observation des chiens vivants en étroite cohabitation avec l’homme. Les travaux passionnants de Turid Rugaas* depuis une dizaine d’années ont permis de répertorier ce langage canin pacifique destiné à faire part de l’émotion vécue par le chien en interaction avec un congénère ou un humain.

 

Faire savoir que l’autre m’indispose par son attitude et m’attendre à ce que cet autre modifie son comportement pour « m’apaiser » : nous sommes bien en présence d’un partage des émotions, d’une communication fine destinée à maintenir la cohésion du groupe/famille/meute dans le but d’éviter les frictions inévitables liées à une vie en espace restreint.

 

Acquis par apprentissage maternel et auprès d’adulte, le chiot en quelques semaines découvre et assimile les clés du bien vivre dans la petite meute. Parachuté dans sa famille humaine d’adoption, il utilisera ses outils pour communiquer avec cette espèce dont il a dû faire connaissance étant plus petit.

 

Stressé, indisposé par la situation présente, il se met, par exemple à multiplier les bâillements : son nouveau maître pourrait croire, selon les croyances humaines qu’il s’agit d’une réponse physiologique et que son chien se réveille péniblement. Parce qu’il lui arrive aussi en tant que chien de bailler pour cause de fatigue ! Mais c’est la succession dans un temps très court qui permet de faire la distinction.

 

Un autre exemple qui peut porter à confusion est celui où le chien détourne la tête ou le regard de son interlocuteur : agacé le maître pourrait penser à une attitude désinvolte voire méprisante de son animal : là encore traduire cette attitude canine de pacification en sentiment humain montre le contre sens qui pourrait amener ce propriétaire à s’obstiner dans une situation de plus en plus anxiogène pour ce chien.

La palette de ces signaux dits d’apaisement est variée et dépend de l’individu : certains utiliseront plus fréquemment tel signal (clignement des paupières, léchages des babines) plutôt que tel autre (bâillement, détournement de la tête, du regard, du corps). Il en existe de nombreux ; et c’est l’observation minutieuse de son propre animal sans à priori ni interprétation hâtive qui sera le gage d’une bonne compréhension.

 

Il apparaît ainsi intéressant de connaître l’état émotionnel de son chien dès l’apparition d’un malaise : ajuster son comportement en conséquence désamorcera une éventuelle escalade de situations mal vécues.

Dans le même ordre d’idée, lors d’une rencontre fortuite avec un chien inconnu, la connaissance de ces signaux aidera immanquablement ceux qui se sentent en difficulté dans ces situations.

 

  

* http://www.turid-rugaas.no/

 

 

 

 

 

Sébastien OLAÏZOLA-GUIRRIEC

Comportementaliste

    06 50 29 72 75

 

comportementaliste-chien@dog-lg.com

       www.dog-lg.com

 

http://dog-lg.agence-presse.net/

 

 

 

Sébastien OLAÏZOLA-GUIRRIEC : Comportementaliste, spécialiste de la relation homme/chien.

Educateur canin diplômé d’Etat.

 

Intervient sur rendez-vous au domicile des propriétaires de chiens démunis devant les comportements gênants de leur animal (destructions, agressivité, morsures, peur, fugue, malpropreté, aboiements intempestifs, stress, anxiété, hyper activité).

Aide pour l’arrivée d’un bébé. Sensibilisation sur la prévention des morsures. Conseils dans le choix d’un chiot ou d’un chien adulte (ajustement des profils tempéramentaux). Conseils dans l’optimisation des aménagements recevant des chiens (animalerie, élevage, pension, salon de toilettage). Aide pour les difficultés de cohabitation avec une autre espèce animale (chat, cheval, poule). Conseils pour les professionnels au contact des chiens (administration, police municipale, La Poste, EDF, commerciaux).

 

Département Lot-et-Garonne 47 et départements voisins en Aquitaine et Midi-Pyrénées (24, 32, 33, 40, 46, 82)

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>